COUP DE POUCE POUR MAJEUR

GUIDE PRATIQUE POUR LES 18-25 ANS

LE MONDE DES ASSURANCES

Les assurances sont un domaine particulièrement ardu, mais elles concernent de nombreux secteurs de notre existence et peuvent nous mettre à l’abri des aléas. Il est utile de passer en revue les différents types d’assurances afin d’avoir une meilleure vision de l’offre proposée.

LE 1er PILIER (AVS, AI, APG, AC, AMAT)

L’assurance vieillesse et survivants (AVS), l’assurance invalidité (AI) et l’assurance perte de gain (APG) constituent le premier pilier de notre sécurité sociale.

Ce pilier fonctionne selon :

Le principe de répartition: par exemple, dans le cas de l’AVS, l’argent de ceux qui cotisent aujourd’hui sert à payer tout de suite les rentes AVS des personnes qui sont à la retraite.

Le principe de solidarité: où ceux qui gagnent le plus aident ceux qui gagnent le moins. (Pour l’AVS, un gros salaire dégage plus d’argent qu’un petit revenu, mais ne donne pas lieu plus tard à une AVS «pour riche» car les prestations reçues sont plafonnées).

Ce que «donne» l’AVS/AI
L’AVS verse des rentes de vieillesse aux personnes qui atteignent l’âge de la retraite, ainsi que des rentes à ceux qui survivent à un décès (conjoint, veuf ou veuve, enfant orphelin).

L’AI, quant à elle, alloue une rente à celui qui est devenu partiellement ou totalement invalide suite à une maladie ou à un accident, ainsi qu’une rente à sa famille (conjoint, enfant). Elle vise également à favoriser la réinsertion professionnelle des personnes par des mesures de réadaptation.

Ce que «retient» l’AVS/AI
Cotiser à l’AVS/AI/APG est obligatoire (cotisation des trois assurances groupées) pour toute personne domiciliée ou exerçant une activité lucrative en Suisse, quelle que soit sa nationalité.

Différents cas de figure se présentent :

Situation de travail:

  • Toute personne salariée doit cotiser à l’AVS et ceci dès le 1er janvier de l’année de ses 18 ans. Les cotisations sont prélevées sur le salaire et représentent environ 10% des gains. La moitié de cette participation est prise en charge par l’employeur et l’autre par l’employé. L’obligation prend fin lorsque la personne atteint l’âge de la retraite, à 65 ans pour les hommes et à 64 ans pour les femmes.

Situation d’études :

  • Les étudiants suisses ou au bénéfice d’un permis C doivent payer une cotisation annuelle de 425 francs (plus quelques frais administratifs) à l’AVS/AI/APG dès le 1er janvier de l’année qui suit leur 20e anniversaire. La Caisse cantonale genevoise de compensation envoie directement les cotisations à régler, mais si elle vous oublie, c’est à vous de vous en préoccuper. Si durant l’année vous avez eu quelques revenus salariés parallèlement à vos études, vous pouvez faire déduire les cotisations déjà prélevées sur celles demandées par la Caisse cantonale, voire vous faire exonérer.

Situation sans études et sans travail :

  • Les personnes sans activité lucrative et qui ne suivent pas une filière d’études doivent s’annoncer spontanément à la Caisse cantonale genevoise de compensation (CCGC), dès le 1er janvier qui suit leur 20e anniversaire.

Situation de travail indépendant :

  • Travaillant à votre propre compte, c’est aussi à vous d’effectuer les démarches pour vous affilier à une caisse de compensation (cf. dernière page de l’annuaire téléphonique genevois).

Partir de Suisse :

  • Si vous quittez la Suisse pour une période de plus d’une année, il faut savoir que vous ne serez plus automatiquement assuré à l’AVS. Dans ce cas, prenez directement contact avec la Caisse cantonale genevoise de compensation, 12, rue des Gares, 1201 Genève, tél. 022 327 27 27, www.caisseavsge.ch/ et www.avs-ai.ch/. Vous pourrez y obtenir les informations sur les démarches à suivre auprès des consulats suisses à l’étranger.

Mise en garde générale: toute année de cotisation manquante réduit automatiquement les rentes auxquelles vous et votre famille aurez droit plus tard.

Les caisses de compensation
Les étudiants et les personnes sans activité sont en général affiliés à la Caisse cantonale genevoise de compensation. Les salariés, quant à eux, dépendent de la caisse de leur employeur et les indépendants s’affilient à la caisse de leur choix.

La carte AVS
C’est lors de votre premier emploi que vous recevrez votre carte AVS. Si vous possédez encore l’ancienne carte AVS (carte grise) vous pouvez vous la faire changer via votre employeur. Cette carte vous suivra durant tout votre parcours professionnel. Il y sera inscrit toutes les caisses de compensation auxquelles vous aurez cotisé durant votre vie professionnelle.

Si vous avez besoin d’en savoir plus
Consultez www.avs-ai.ch/ ou contactez la Caisse cantonale genevoise de compensation,

Assurance militaire fédérale (APG)
L’assurance militaire couvre les accidents et les maladies survenus pendant le service militaire, la Protection civile ou le service civil. Lorsque les conséquences apparaissent par la suite, c’est votre médecin traitant qui est habilité à les signaler à l’assurance militaire. Celle-ci est aussi prévue pour les militaires en service, les participants à des activités de la Protection civile et les professionnels en uniforme au service de la Confédération. L’APG verse une allocation de compensation pour «perte de gain» aux personnes qui effectuent leur service militaire ou leur service civil, suivent des cours de la protection civile, ainsi qu’aux moniteurs de Jeunesse et Sport en formation.

Assurance-chômage
L’assurance-chômage est, elle aussi, obligatoire pour tout salarié.

La LACI (Loi sur l’assurance-chômage) compense le manque à gagner provoqué par la perte du salaire de l’assuré. Selon les cas, cette compensation représente 80% ou 70% du dernier salaire. La cotisation (2% du salaire) est payée à moitié par l’employeur, à moitié par l’employé. Les cotisations sont perçues par les employeurs et versées aux caisses de compensation AVS en même temps que les cotisations AVS/AI/APG.

Assurance-maternité
Dans le canton de Genève, les femmes ont droit à une allocation pour perte de gain. Celle-ci n’est toutefois versée que si vous exercez une activité rémunérée et travaillez à Genève, depuis au moins trois mois précédant la naissance de votre enfant. L’assurance-maternité, sous réserve de certaines conditions, est également un droit si vous adoptez un enfant.

La loi prévoit que cette allocation vous soit versée durant seize semaines à partir de la date de l’accouchement, même si vous ne reprenez pas le travail après votre congé maternité. La prestation représentera 80% de votre dernier salaire (si votre revenu est irrégulier, l’allocation sera calculée sur la moyenne des revenus gagnés durant les douze derniers mois).

Vous avez également droit à une allocation de naissance ou d’adoption de 2000 francs à faire valoir auprès de votre caisse de compensation.

Pour bénéficier de ces droits, vous ou votre employeur devez vous adresser à la caisse de compensation AVS à laquelle vous êtes affiliée, ou auprès de la Caisse cantonale genevoise de compensation, 12, rue des Gares, 1201 Genève, tél. 022 327 27 27. Cotiser à l’assurance-maternité est obligatoire à Genève pour tout salarié, homme ou femme.